Aller directement au contenu

Shiseido développe une nouvelle méthode pour tester les bactéries indigènes de la peau

Shiseido a développé une nouvelle méthode de test pour mesurer la quantité et l’équilibre des bactéries cutanées indigènes grâce à la collaboration de Yamato-Esulon et Orcoa. Dans la plupart des cas, il faut près d’un mois pour obtenir les résultats des tests de bactéries cutanées indigènes réalisés en tant que service aux consommateurs car cela nécessite une analyse spécialisée …

Shiseido développe une nouvelle méthode pour tester les bactéries indigènes de la peau
Avec l’application de l’appareil de test PCR3 de Shiseido, il est possible d’obtenir des résultats de test en 40 minutes environ, ce qui permet de connaître l’état des bactéries cutanées indigènes sur place. Cela se traduit par une expérience en magasin à forte valeur ajoutée et un nouveau service beauté.

Shiseido a développé une nouvelle méthode de test pour mesurer la quantité et l’équilibre des bactéries cutanées indigènes grâce à la collaboration de Yamato-Esulon et Orcoa. Dans la plupart des cas, il faut près d’un mois pour obtenir les résultats des tests de bactéries cutanées indigènes réalisés en tant que service aux consommateurs car cela nécessite une analyse spécialisée après le prélèvement des échantillons.

Avec l’application d’un appareil de test PCR3 compact et simplifié, il est possible facilement d’obtenir des résultats de test en 40 minutes environ, ce qui permet de connaître l’état des bactéries cutanées indigènes sur place. Cela se traduit par une expérience en magasin à forte valeur ajoutée et un nouveau service beauté.

Actuellement, Shiseido prévoit de lancer un service de mesure des « bactéries cutanées uniques » utilisant cette méthode de test à titre d’essai pour les visiteurs du Shiseido Global Innovation Center (appelé « S/PARK »), un centre de recherche et d’innovation situé dans la région de Minato Mirai à Yokohama, Japon.

1 000 types de bactéries indigènes dans la peau

On dit qu’environ 1 000 types de bactéries indigènes existent dans la peau, et il a récemment été révélé qu’il existe une relation entre le type et l’équilibre de ces bactéries et la beauté et la santé de la peau.

«Dans nos recherches précédentes, nous avons constaté que la diversité bactérienne indigène est faible dans les peaux sensibles et que les ingrédients prébiotiques améliorent la texture et le niveau d’hydratation de la peau. Maintenant, nous avons appliqué ces découvertes au développement de nos systèmes de mesure des cosmétiques et de la peau. En règle générale, les tests de bactéries cutanées indigènes proposés aux consommateurs nécessitent des techniques expérimentales avancées et spécialisées, des technologies d’analyse et de grands appareils de test, et il faut environ un mois pour terminer, de la collecte des échantillons à l’obtention des résultats, y compris le transport. Ainsi, nous avons essayé de réaliser une utilisation polyvalente de la technologie pour examiner les bactéries cutanées indigènes dans le but de proposer des soins de la peau encore plus optimaux en analysant l’état actuel de ses bactéries cutanées indigènes et en le combinant avec les avancées», explique Shiseido.

Deux types de bactéries indigènes (Staphylococcus epidermidis et Propionibacterium acnes), ont été ciblés et fortement suggérés comme étant liés à la beauté et à la santé de la peau et ont confirmé que la quantité et l’équilibre de ces bactéries sont équivalents aux résultats de ceux examinés avec une méthode conventionnelle (analyse d’amplicon d’ARNr 16S 6). Shiseido vise à réaliser de nouvelles solutions de soins de la peau en comprenant la peau comme un écosystème dans lequel les cellules de la peau et les microbes coexistent.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse

Panorama du marché mondial du médicament

Organisation professionnelle des entreprises du médicament opérant en France, le Leem (Les Entreprises du Médicament) vient de publier les données générales du marché …

En vidéo
Send this to a friend