Aller directement au contenu

Cosmétiques : Les produits beauté sacrifiés par 45% des Français selon une étude NielsenIQ dédiée au secteur

L’inflation, l’évolution des canaux et comportements d’achats ont un impact considérable sur les Français et leurs achats de produits beauté. 45% des consommateurs français ont déclaré qu’ils prévoyaient de dépenser moins en produits de beauté en 2023. 41% des personnes interrogées déclarent qu’ils achèteraient des produits moins chers pour réduire leurs dépenses beauté Autre constat, les consommateurs s’orientent de plus en …

Cosmétiques : Les produits beauté sacrifiés par 45% des Français selon une étude NielsenIQ dédiée au secteur
« Le secteur de la beauté en ligne est désormais un incontournable pour les consommateurs. La frontière entre les canaux digitaux et les magasins physiques est de plus en plus fine. On découvre un produit ou une routine en ligne, on va le tester en magasin et on l’achète en ligne et inversement ! Les fabricants et les distributeurs doivent comprendre ces dynamiques et utiliser les leviers online et offline pour réussir », commente Claire Marty, VP Beauty Vertical.

L’inflation, l’évolution des canaux et comportements d’achats ont un impact considérable sur les Français et leurs achats de produits beauté. 45% des consommateurs français ont déclaré qu’ils prévoyaient de dépenser moins en produits de beauté en 2023. 41% des personnes interrogées déclarent qu’ils achèteraient des produits moins chers pour réduire leurs dépenses beauté

Autre constat, les consommateurs s’orientent de plus en plus vers le e-commerce pour faire leurs achats de produits de beauté. La période inflationniste que nous traversons a radicalement fait évoluer le comportement et les habitudes d’achats des Français. Les produits de beauté n’échappent pas à cette adaptation conjoncturelle. Comme pour leurs dépenses alimentaires, les Français doivent fixer les priorités, arbitrer en matière d’achat de produits beauté.

L’analyse NielsenIQ révèle que 45% des consommateurs français ont déclaré qu’ils prévoyaient de dépenser moins en produits de beauté en 2023. Quel comportement d’achat vont-ils adopter? Sans surprise, 41% des personnes interrogées déclarent qu’ils achèteraient des produits moins chers pour réduire leurs dépenses beauté. 84% estiment que les prix de la catégorie ont augmenté au cours des 6 derniers mois et 24% pensent que les augmentations sont encore plus importantes que pour les catégories d’épicerie et d’entretien.

« Il y a là une opportunité pour les fabricants et les distributeurs de repenser la façon dont ils communiquent sur les promotions mais aussi l’innovation afin de mettre en valeur le bénéfice prix pour les acheteurs », commente Nicolas Léger, directeur analytique chez NielsenIQ.

Bien que les acheteurs déclarent qu’ils réduiront leurs dépenses beauté, les Français restent en général toujours très intéressés par les produits de soins à des degrés divers.  Parmi les personnes interrogées, 55% affirment qu’ils n’arrêteront jamais d’acheter des produits cosmétiques et 45% des soins des ongles. Les cosmétiques pour le visage (80%) et les vernis (82%) sont les produits privilégiés par les acheteurs.

Les consommateurs s’orientent vers le e-commerce pour faire leurs achats de produits de beauté. En France, le TOP 5 des places de marché sur la catégorie beauté est : 1) Amazon, 2) Sephora, 3) Nocibé, 4) E. Leclerc, 5) Marionnaud Paris. Les e-commerçants spécialisés de la beauté disposent de 41% des parts de marché, contre 24% au pure players généralistes.

« Le secteur de la beauté en ligne est désormais un incontournable pour les consommateurs. La frontière entre les canaux digitaux et les magasins physiques est de plus en plus fine. On découvre un produit ou une routine en ligne, on va le tester en magasin et on l’achète en ligne et inversement ! Les fabricants et les distributeurs doivent comprendre ces dynamiques et utiliser les leviers online et offline pour réussir », commente Claire Marty, VP Beauty Vertical.

Le futur du marché de la beauté

Les consommateurs ressentent sans aucun doute les effets de la forte inflation et prévoient dans l’ensemble de réduire leurs dépenses beauté en 2023 : 45% disent qu’ils réduiront leurs dépenses beauté en 2023.  Cependant, les acheteurs restent fidèles à certains segments et produits de la catégorie beauté qui seront toujours sur leurs listes d’achats.

« Les fabricants et les distributeurs devront surveiller de près les attitudes des consommateurs en 2023, car l’inflation persiste. Augmenter la fréquence d’achat et rester « top of mind » sera la clé pour fidéliser et générer de l’achat d’impulsion parmi ces acheteurs, quand on sait que 1 Français sur 2 a l’intention de réduire son cycle d’achat », ajoute Nicolas Léger.

Au-delà, NielsenIQ fait également un rappel sur les impacts à venir pour le DPH de la loi Descrozaille. En effet, la proposition de loi de Frédéric Descrozaille a été validée le mercredi 22 mars à l’Assemblée Nationale : celle-ci vise à limiter les discounts proposés à 34% sur les produits d’hygiène beauté, entretien et papier. Cette loi ne rentrera en vigueur qu’au 1er mars 2024, mais elle aura les opérations promotionnelles du rayon DPH, et notamment sur le manque à gagner attendu pour les différentes catégories de produits, qui s’élève à près de 230 millions d’euros pour l’ensemble du rayon sur un an. Même si cette loi ne sera mise en place qu’en 2024, nul doute qu’en période de crise du pouvoir d’achat, les Français vont plus que jamais devoir trouver de nouvelles sources d’économie.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques

Des seringues innovantes !  

Pharmapack Europe est l’opportunité de découvrir les derniers produits, solutions et technologies des exposants dont beaucoup sont lancés pendant le salon. Dans cet …

Dossiers d’Analyse
En vidéo
Send this to a friend