Aller directement au contenu

Unilever et Geno investissent 120 millions de dollars pour développer des ingrédients alternatifs

Unilever et Genomatica (Geno), un leader de la biotechnologie et de la durabilité, ont lancé une entreprise pour développer et commercialiser des alternatives à l’huile de palme et aux ingrédients nettoyants dérivés de combustibles fossiles. Ceux-ci font partie intégrante des formulations de milliers de produits de nettoyage et de soins personnels quotidiens. Avec une demande croissante d’huile de palme …

Unilever et Geno investissent 120 millions de dollars pour développer des ingrédients alternatifs
Les premières estimations ont montré que les entreprises pourraient réduire jusqu’à 50 % l’empreinte carbone des ingrédients dérivés du palmier grâce à cette alternative technologique à base de plantes.

Unilever et Genomatica (Geno), un leader de la biotechnologie et de la durabilité, ont lancé une entreprise pour développer et commercialiser des alternatives à l’huile de palme et aux ingrédients nettoyants dérivés de combustibles fossiles. Ceux-ci font partie intégrante des formulations de milliers de produits de nettoyage et de soins personnels quotidiens. Avec une demande croissante d’huile de palme d’origine durable, cette entreprise vise à proposer sur le marché des alternatives supplémentaires à l’huile de palme d’origine responsable.

Avec 120 millions de dollars investis conjointement dans l’initiative nouvellement formée, et avec d’autres investisseurs stratégiques qui devraient se joindre, l’entreprise développera un ingrédient alternatif à base de plantes utilisant la biotechnologie. L’innovation est particulièrement pertinente pour les produits de nettoyage et de soins personnels qui nécessitent des ingrédients pour faire mousser et soulever la saleté. Mais à l’heure actuelle, il existe peu d’alternatives viables aux sources de palmiers et de fossiles pouvant être produites à grande échelle pour fabriquer ces ingrédients.

En tant que telle, l’entreprise offre la possibilité d’exploiter les marchés combinés de 625 milliards de dollars des soins à domicile et des soins personnels. Pour Unilever, l’un des plus grands fabricants de savons et de détergents au monde, il s’agit du plus gros investissement à ce jour dans des alternatives biotechnologiques à l’huile de palme.

« Notre technologie ouvre des voies d’approvisionnement alternatif de matériaux »

Des entreprises comme Unilever, dont les produits sont utilisés chaque jour dans le monde par 3,4 milliards de personnes, s’associent de plus en plus à des innovateurs en biotechnologie comme Geno pour explorer, développer et fabriquer de nouvelles versions d’ingrédients d’origine traditionnelle. Alors que l’huile de palme restera une matière première importante pour Unilever, ces ingrédients alternatifs peuvent jouer un rôle croissant dans la diversification des chaînes d’approvisionnement pour favoriser l’optionnalité, la durabilité, la rentabilité et la transparence.

Geno déploiera sa plate-forme biotechnologique éprouvée et commence déjà à mettre à l’échelle le processus de sa technologie de pointe pour produire les ingrédients. Les premières estimations ont montré que les entreprises pourraient réduire jusqu’à 50 % l’empreinte carbone des ingrédients dérivés du palmier grâce à cette alternative technologique à base de plantes. Pour le directeur de la R&D d’Unilever, Richard Slater : «la biotechnologie a le potentiel de révolutionner l’approvisionnement de nos ingrédients nettoyants et de faire d’Unilever une entreprise tournée vers l’avenir. Cette nouvelle entreprise se situera à l’intersection de la science et de la durabilité, ce qui signifie que nous pouvons continuer à développer notre activité sans compter uniquement sur l’huile de palme ou les dérivés de combustibles fossiles, tout en rendant nos chaînes d’approvisionnement plus résilientes en ayant accès à des alternatives d’ingrédients». «Notre technologie ouvre des voies d’approvisionnement alternatif de matériaux dont les chaînes d’approvisionnement ont souvent une transparence sociale et environnementale limitée, en offrant des chaînes d’approvisionnement plus résilientes, transparentes, traçables et d’origine responsable, comme l’exigent les consommateurs. Au-delà de la création de nouvelles chaînes d’approvisionnement transparentes et responsables et de matériaux d’origine alternative, notre technologie Geno représente également le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 100 millions de tonnes dans les années à venir », explique Christophe Schilling, PDG de Geno.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques

Des seringues innovantes !  

Pharmapack Europe est l’opportunité de découvrir les derniers produits, solutions et technologies des exposants dont beaucoup sont lancés pendant le salon. Dans cet …

Dossiers d’Analyse
En vidéo
Send this to a friend