Aller directement au contenu

Découvez les 8 tendances beauté qui définiront l’industrie en 2022 selon Yieldify

«L’industrie de la beauté a toujours été à la pointe de l’innovation et de la réinvention du commerce électronique, et cette année n’a pas fait exception. De la beauté propre aux solutions de soins de la peau hyper-personnalisées et de cosmétiques IA, les détaillants de produits de beauté cherchent toujours à améliorer leur expérience client», explique Yieldify, plate-forme de …

Découvez les 8 tendances beauté qui définiront l’industrie en 2022 selon Yieldify
L’Inclusivité, la technologie d’IA, les services d’abonnement, la beauté propre, le Big data, les influenceurs, les partenariats de marque et l’Hyper-personnalisation, telles devraient être les grandes tendances 2022 pour l’industrie de la beauté selon Yieldify.
Les innovations et tendances beauté qui pourraient définir l'industrie en 2022Les six innovations beauté inclusives à suivre selon Mintel

«L’industrie de la beauté a toujours été à la pointe de l’innovation et de la réinvention du commerce électronique, et cette année n’a pas fait exception. De la beauté propre aux solutions de soins de la peau hyper-personnalisées et de cosmétiques IA, les détaillants de produits de beauté cherchent toujours à améliorer leur expérience client», explique Yieldify, plate-forme de personnalisation de site web tout-en-un. Proche de cette industrie en constante évolution, Yieldify dévoile les principales tendances de commerce électronique de beauté qui devraient continuer à faire avancer l’industrie de la beauté en 2022. Selon Yieldify qui a aidé les principales marques de commerce électronique de beauté, telles que Sol de Janeiro, Ouidad et d’autres à améliorer leurs parcours clients digitaux, les tendances du commerce électronique de beauté vont nous donner un avant-goût de l’orientation de l’industrie pour 2022.

L’inclusivité devient la norme

Selon Nielsen, les résultats montrent qu’en Amérique, les allées beauté commencent enfin à refléter la diversité . Le nombre de gammes de couleurs uniques a augmenté sept fois plus vite que les gammes de produits dans leur ensemble, tandis que le nombre de couleurs uniques de fonds de teint vendus a augmenté trois fois plus vite que le taux de développement de nouveaux produits généraux dans les fonds de teint. «Les gammes inclusives permettant à chacun de se « trouver » deviennent de plus en plus la norme», explique Jordan Rost, vice-président des insights consommateurs chez Nielsen.

Les consommateurs recherchent désormais des produits axés sur la valeur qui reflètent leur personnalité et leur mode de vie. Les données de l’ industrie cosmétique mondiale montrent que les ventes de produits de beauté multiculturels augmentent à un rythme deux fois supérieur à celui du marché conventionnel et que les entreprises qui adoptent des styles et des lignes inclusifs voient leurs efforts récompensés dans leur chiffre d’affaires annuel.

«Les consommateurs ethniques avaient non seulement des aspirations en matière de beauté, mais un pouvoir d’achat inexploité par une industrie de la beauté qui ne tenait pas compte de la diversité des tons de peau et des nuances», explique Derek Wanner, vice-président des ventes et du marketing de Black Opal.

Vers la technologie de beauté

Les nouvelles technologies dans l’industrie de la beauté font des pas de géant vers l’IA, la RA et la VR dans des marques domestiques telles que MAC, NARS et L’Oréal. «En Malaisie, la marque de soins de la peau Nutox s’est associée à Ministry XR pour créer un « outil d’analyse de la peau » alimenté par l’apprentissage en profondeur et la vision par ordinateur, afin d’offrir aux clients une expérience hyper-personnalisée lors de l’achat de produits de soins de la peau – quelque chose de difficile à acheter sans essayer des échantillons.

L’outil est mis à la disposition de « toute personne disposant d’un smartphone pour analyser sa peau et identifier les principaux problèmes cutanés tels que les rides, l’hyperpigmentation, la texture et le teint terne » », explique Yieldify. « De l’essai virtuel de maquillage à l’analyse de la peau fondée sur des preuves, la RA et d’autres technologies perturbatrices changent la façon dont les consommateurs découvrent, expérimentent et se connectent avec les marques de santé et de beauté», explique Kimberley Yap, vice-présidente de la conception d’expériences de Ministry XR.

Développement des services d’abonnement beauté

Le rapport sur le marché des abonnements au Royaume-Uni de Royal Mail prévoit que le marché des abonnement devrait valoir 1,8 milliard de livres sterling d’ici 2025 au Royaume-Uni seulement. L’enquête de First Insight sur les boîtes d’abonnement a révélé que 25% des consommateurs américains (hommes et femmes) reçoivent actuellement une boîte d’abonnement, et 32 ​% des répondants prévoient de s’abonner au cours des six prochains mois. Dans le secteur du commerce électronique de la beauté, des exemples tels que Birchbox et Glossybox ont montré à quel point le modèle commercial de la boîte d’abonnement peut être couronné de succès.

«Les coffrets d’abonnement beauté et les services de soins pour hommes ont été identifiés comme offrant les plus grandes opportunités de croissance sur le marché, il n’est donc pas surprenant qu’ils aient attiré l’attention de marques et de détaillants tels que P&G (Gillette on Demand), Sephora (Play !) et Walmart ( Coffret Beauté).

Les coffrets beauté répondent aux besoins de réapprovisionnement de leurs abonnés, mais offrent en plus le plaisir d’essayer de nouveaux produits », analyse Yiedelfy, « Alors que le service de boîte d’abonnement continue de croître, attendez-vous à voir de plus en plus de marques maintenir l’enthousiasme en utilisant les médias sociaux et le marketing de contenu pour créer un sentiment de communauté de marque».

Naturelle, propre et transparente

Transparente dans leurs ingrédients et naturelles dans leurs produits, telles sont les marques rechercheées par les consommateurs. Alors que la beauté propre connait un boom croissant dans l’industrie depuis 2018, le sujet reste cependant délicat. En effet, la FDA et l’UE varient sur leurs ingrédients interdits.

Selon une étude Neilsen , les consommateurs de l’industrie de la beauté affluent vers des produits plus naturels et objectivement plus simples. Les ventes de produits cosmétiques à la fois exempts de parabènes et prétendument naturels augmentent cinq fois plus vite que ceux qui répondent simplement à la spécification sans parabènes. Un exemple en est la marque de cosmétiques américaine Kiehl’s , qui a reformulé sa crème ultra faciale pour éliminer les parabènes et a connu une augmentation de ses ventes de 5 millions de dollars.Cette augmentation l’a aidé à se hisser parmi les cinq premières marques de soins de la peau de prestige aux États-Unis.  Un  sondage Harper’s Bazaar auprès  de plus de 1 000 femmes de tous âges, races et ethnies a révélé que plus de 60 % des femmes seraient prêtes à dépenser pour de nouvelles marques si elles proposaient des produits naturels.

Exploiter les mégadonnées pour développer de nouveaux produits

Dans l’industrie de la beauté, de plus en plus de marques adoptent l’utilisation de la collecte et de l’analyse de données et la voient dépasser leurs processus de développement.  « La prochaine grande idée en matière de beauté est la communauté », a déclaré Jennifer Goldfarb , co-fondatrice d’Ipsy au forum Digital Beauty de WWD. « Les marques qui gagneront à l’avenir sont celles qui peuvent activer leurs clients, leurs abonnés, leurs fans et les amener vraiment dans leur marque, les aider à construire la marque, le développement de produits, le marketing, tous les aspects de l’entreprise».

L’essor des mégadonnées dans l’industrie de la beauté , collectées via des questionnaires, des données sur les termes de recherche et des habitudes de consommation. Par exemple, Olay a appris qu’un grand pourcentage de consommateurs souhaitaient en fait des produits de soin de la peau sans parfum. Ainsi, la marque a lancé des versions sans parfum de ses hydratants pour le visage Olay Whip. Olay a poursuivi la stratégie pour les futurs produits, y compris Olay Retinol 24 après que la marque a vu que le rétinol était l’ingrédient numéro un recherché et a décidé de créer un nouveau produit basé sur la requête.  « C’est la première fois que nous prenons ces points de données, ces engagements avec les consommateurs, et que nous passons en fait notre espace mental d’un état d’esprit numérique à vendre à un état d’esprit numérique à concevoir», a expliqué Eric Gruen, directeur de la marque Olay Amérique du Nord

Le marketing d’influence

Le marketing d’influence fait partie des stratégies de commerce électronique de la beauté depuis quelques années. Le rapport 2020 Value of Beauty du British Beauty Council a révélé que le marketing d’influence avait une fois de plus donné à l’industrie une augmentation notable de la capacité économique, qui a révélé que pour chaque dollar dépensé en marketing d’influence, les marques obtenaient un retour sur investissement d’environ 11,45 $ .

Avec la montée en puissance des influenceurs , et maintenant des micro-influenceurs (influenceurs avec de plus petites bases de fans, traditionnellement 100 000 ou moins), l’industrie de la beauté et ses supports publicitaires ont enfin trouvé un retour sur investissement dans les ressources renouvelables.  La Harvard Business School a rapporté que les dépenses mondiales en marketing d’influence sont passées d’environ 2 milliards de dollars en 2017 à environ 8 milliards de dollars en 2019, et que ces dépenses devraient passer à 15 milliards de dollars d’ici 2022. Des constats réitérés chez le géant de la beauté Estée Lauder qui consacre désormais 75% de son budget marketing aux influenceurs , tandis que L’Oréal alloue 30% de ses dépenses médias aux canaux numériques .  Une initiative importante de L’Oréal a été sa campagne « Beauty Squad », où un certain nombre d’influenceurs ont créé des vidéos et des articles YouTube pour le site Web de L’Oréal, les réseaux sociaux et leurs propres chaînes, exploitant une portée combinée d’influenceurs de 5,5 millions.

Cependant, les données suggèrent qu’il pourrait y avoir une nouvelle tendance dans l’industrie des influenceurs : l’authenticité. En se tournant vers l’avenir, Mintel a suggéré que « les marques de beauté et les influenceurs qui mettent en valeur l’authenticité se démarqueront dans ce paysage encombré ». Dans son étude, Vettese a interrogé 250 femmes avouées «passionnées de beauté», dont 43% ont déclaré qu’elles n’achèteraient qu’à des influenceurs qui divulguaient ouvertement leurs accords de parrainage.  «Ces nouvelles valeurs de transparence et de relativité ouvrent la voie parfaite à la tendance haussière du micro-influenceur tout aussi influent, avec lequel les consommateurs ont souvent le sentiment de pouvoir établir une connexion personnelle grâce à une interaction régulière et plus personnalisée», commente Yieldify.

Les partenariats de marque

L’analyse de marché d’AdNews a révélé que les collaborations dans n’importe quel secteur étaient jusqu’à « 30 fois moins chères que la publicité numérique » en raison de la possibilité de puiser dans les publics déjà existants.  «Dans l’industrie de la beauté, cela sonne particulièrement vrai : chaque fois qu’une collaboration de maquillage unique est lancée, une multitude de publications sur les réseaux sociaux et de critiques convertissent l’enthousiasme en ventes de produits», explique Yieldify. Cette tendance du commerce électronique de la beauté devrait se poursuivre. Des marques telles que Coca Cola se sont associées au géant des fards à paupières Morphe .

Ce ne sont pas seulement les grandes marques qui en profitent : la publicité numérique devenant un espace de plus en plus compliqué, le co-branding avec des influenceurs est un nouveau moyen efficace de combiner deux ensembles d’audience et de générer de l’enthousiasme ainsi que des ventes et un suivi de la marque .

Des soins hyper-personnalisés

Une enquête en ligne d’Epsilon menée auprès de 1 000 consommateurs âgés de 18 à 64 ans a révélé que l’attrait pour la personnalisation dans le commerce de détail est élevé, 80% des répondants indiquant qu’ils sont plus susceptibles de faire affaire avec une entreprise si elle propose des expériences personnalisées et 90% indiquant que ils trouvent la personnalisation attrayante.  Ce désir continu de personnalisation et de connexion avec les marques a permis à une nouvelle forme d’hyper-personnalisation de s’épanouir dans l’industrie du commerce électronique de la beauté grâce à la technologie de l’IA et à une conversation bidirectionnelle basée sur les données. Il existe déjà de nombreux exemples qui ont commencé à émerger au quatrième trimestre de 2019 : Neutrogena a présenté MaskiD  – un masque facial imprimé en 3D adapté aux besoins de votre peau, basé sur les données recueillies à partir d’un selfie ; La Roche-Posay a annoncé son patch adhésif My Skin Track pH , qui suit les niveaux de pH et prescrit des produits ciblés via une application sur votre téléphone ; SkinCeuticals a présenté des sérums de correction de dose personnalisés sur mesure .

Dans le même temps, Mintel Research a découvert que les recherches Google sur « microbiome » (les micro-organismes sur et à l’intérieur de votre corps) ont augmenté de + 110% d’une année sur l’autre en 2019. L’augmentation de ces recherches suggère que le marché des soins de la peau du visage se dirige vers soins hyper-personnalisés. Des géants de la beauté comme Johnson & Johnson ont déjà installé une plateforme dédiée au microbiome .

«Dans le secteur très concurrentiel du commerce électronique de la beauté, l’hyper-personnalisation est un moyen de garantir que les marques peuvent se démarquer en permettant aux consommateurs de prendre des décisions éclairées en fonction de leurs préférences, sans les inonder d’options infinies. L’utilisation de la technologie pour aider les clients à répondre à leurs besoins permet une fidélité à la marque et des ventes répétées» en déduit Yieldify.

(Source : Yieldify)

ParLa rédaction
En vidéo
Send this to a friend